Savoir tirer le positif de chaque situation

Cette phrase pourrait faire partie d'une très belle illustration que l'on voit souvent passer sur facebook, mais j'ai voulu vous faire part de ma propre expérience, non pas pour en tirer des louanges ou de la complaisance, mais tout simplement pour vous dire que dans chaque situation, aussi catastrophique qu'elle soit, il y a toujours une petite part de positif qui nous aide à surmonter nos épreuves.

Vacances approchant je me sentais fatiguée, j’entendais souvent ma petite voix me dire ralenti, coupe, arrête toi…. Ce que je comptais faire finalement pendant les vacances mais en enchainant 3 000km en 15 jours. Oui c’est écrit, je le lis, mais finalement le besoin de revoir ma famille et de retrouver ma ville natale était plus fort.

Nous avions néanmoins décidé de faire ce trajet en plusieurs étapes pour une fois.

Samedi 8 août :

Nous voici partis pour la première étape « Béziers » rejoindre un ami, chez qui nous devions rester une nuit.

Et bien le sort en a décidé autrement à 100km de notre destination la voiture a décidé de nous arrêter là et bien là.

Je vous passe les détails du dépannage remorquage sous 42 degrés … pensant simplement à une défaillance de la batterie.

Rapatriés à Béziers nous voici donc contraints à notre premier arrêt avec forcément une prolongation puisque les pannes c’est toujours un samedi sinon ce n’est pas drôle.

Mais dans notre tête on y croit encore, se disant que lundi, dès l’ouverture du garage, on pourra repartir, alors on profite de notre ami et pour découvrir à vélo les alentours et la région que nous ne connaissions pas.

Ah le vélo, j’ai souvent voulu refaire du vélo mais dans les côtes de l’arrière-pays niçois c’est un peu compliqué quand même, alors dans ce plat pays ça a été un bonheur de redécouvrir les paysages autrement, de ressentir ce sentiment liberté de légèreté.

S’enchaînent toute la semaine les retours du garage qui, crescendo, nous font passer d’une panne de batterie, à la courroie de distribution et au final à la panne moteur. Je vous laisse imaginer l’ascenseur émotionnel qui ne fait que chuter, les questionnements, les inquiétudes, mais bon de toute façon nous n’avons pas le choix, nous subissons cette situation mais, stresser, se mettre en colère, ne changera rien, alors avec mon mari nous décidons de prendre la vie comme elle venait, finalement cela a été l’occasion de ralentir, de nous reposer et de profiter de ces moments à deux.

Ah oui, et pour accompagner cette folle semaine, mon téléphone m’a aussi lâché, plus de contact plus d’historique plus d’application, rien nada et bien voilà encore une façon de ralentir, de couper, d’arrêter.

 Malgré cela nous avons gardé le sourire, nous avons profité de chaque instant, nous avons apprécié de découvrir cette région, les habitants si accueillants, gentils et agréables, et surtout de vivre à un autre rythme.

Alors oui notre programme a totalement été chamboulé, oui nous n’aurons pas eu la joie de revoir nos proches, et oui cela nous a coûté un bras mais finalement nous avons surtout retrouvé les choses essentielles pour nous deux, nous nous sommes reposés, nous avons finalement eu peut-être ce dont nous avions vraiment besoin.

Bien évidemment, je suis bien consciente que je vous parle ici de contraintes matérielles, la situation n’était pas dramatique ni chaotique, néanmoins elle m’a affectée, attristée, contrariée mais j’ai su reprendre le dessus.  

Je dis souvent à mes patients que l’on a le choix d’appréhender des situations stressantes comme on le décide.

Soit on reste dans ce stress, dépité, triste et on se laisse submergé par les faits et la situation, soit on l’accepte et on se dit que puisque l’on est là, autant en profiter et essayer de découvrir ce que la situation peut nous offrir de positif.

C’est ce que j’ai fait, ce que j’ai vécu et apprécié.

Nous avons le choix, nous sommes maîtres de nos émotions, et surtout c’est nous qui décidons comment nous souhaitons vivre chaque moment et chaque épreuve.